Un article sur l’aménagement de la salle est-il vraiment nécessaire ?

A priori, ça coule de source, l’aménagement de l’espace de l’atelier devrait se faire naturellement.

Et pourtant, la façon dont je dispose les chaises fait partie des choses auxquelles je fais très attention.

J’ai déjà assisté à des ateliers ou l’animation a pris un coup à cause d’une salle mal agencée.

C’est pour ça que j’ai trouvé utile de te parler, aujourd’hui, de chaises, de tables et de murs.

Pourquoi est-ce important ?

Penses-y pendant un moment : l’espace de l’atelier est le lieu où va se dérouler toute ton animation.

C’est ici que tu vas faire tes présentation, tes exercices et tes activités.

Les murs de ce lieu vont abriter ta rencontre avec le groupe et les interactions entre vous.

Le lieu va donc avoir un impact direct sur l’ambiance : l’aération, l’éclairage, les couleurs… et la disposition.

Si tu ne vois pas en quoi l’espace de travail peut influencer l’ambiance, je t’invite à observer les réflexions suivantes :

  • L’espace influence sur le contact visuel entre les participants (peuvent-ils se voir quand ils parlent ?)
  • Les obstacles physiques peuvent accentuer les obstacles mentaux de la communication
  • Le rapprochement des chaises peut créer de l’intimité ou alors un effet anxiogène
  • La situation de l’animateur par rapport au groupe peut être sujet à interprétation : est-il supérieur ? modeste ? …

Ce sont là juste des premiers éléments de réflexion pour attirer ton attention sur l’importance de l’aménagement de ton espace.

Maintenant, voyons voir les principales astuces à prendre en compte pour le faire.

Comment disposer les chaises ?

On part du principe que les participants seront essentiellement assis.

A ce moment là, comment disposer les chaises ?

Option 1 : l’amphi

Le plus simple est de mettre les chaises en rangées, faisant face à l’animateur.

Cette disposition de la salle est à fuir. Son message est assez clair : on va assister à une conférence.

Donc, à moins que tu ne sois conférencier, tu vas éviter cette disposition.

Ou au contraire, si tu comptes animer une longue présentation, en veillant à ouvrir un espace pour les questions/réponses, alors oui, il faut opter pour cette disposition.

Option 2 : le cercle

Empty folding chairs in circle

C’est la plus horizontale des dispositions. Tout le monde dans la salle peut voir tout le monde et tout le monde est au même niveau, y compris l’animateur.

Il faut privilégier cette configuration lorsqu’on souhaite animer un débat ouvert, un tour de table ou une discussion sur un sujet intime.

Mon petit plus : achète un carnet et met dedans une croix à chaque fois qu’un participant fera une blague sur « les alcooliques anonymes ».

Cette configuration n’est pas compatible avec une projection et empêche l’animateur d’être debout car il y aura toujours quelques participants obligés de tourner la tête.

Option 3 : le demi cercle

C’est l’option que je recommande.

Imaginer cette configuration de la salle comme un mix parfait entre l’option 1 et 2. On a l’horizontalité entre les participants, qui peuvent se voir facilement. Mais on garde une asymétrie entre l’animateur et les participants.

Cette disposition t’offre aussi la possibilité de rester debout, de bouger et d’être libre de tes mouvements.

Option 4 : la configuration mariage

C’est quand les participants sont en sous-groupes autour de petites tables… comme dans un mariage.

Le seul intérêt pratique de cette configuration, c’est si tu animes un atelier ou les participants travaillent constamment en sous-groupes.

Un hackathon ou une formation orientée « pratique ». Elle permet d’alterner entre des présentations théoriques ou méthodologiques courtes, et des phases de travail en sous-groupe plus longues.

Si ce n’est pas le cas, cette configuration sert uniquement à donner des torticolis aux gens. A fuir.

Comment disposer les tables ?

On ne les disposant pas. Allez, on passe à la suite.

Bon d’accord, je vais arrêter d’imposer ma façon de faire et te présenter les deux options valables : avec ou sans tables ?

Option 1 : avec tables

Je recommande de garder les tables dans le cas où l’atelier nécessite beaucoup de travaux manuels.

Les participants doivent travailler sur de grandes feuilles de papier, découper et coller des trucs, examiner un grand nombre de documents.

(Et encore, on peut faire tout ça sur le sol ou sur un mur)

Les tables, à ce moment là, facilitent les travaux manuels et permettent de mieux structurer les sous-groupes.

Option 2 : sans tables

L’idéal est de se débarrasser des tables.

Déjà, elles constituent un obstacle physique entre les participants et l’animateur.

Ensuite, elles deviennent rapidement des aimants à détritus. Plus ils ont des surfaces planes à leur disposition, plus les participants vont y étaler leurs affaires : téléphones, clés, accessoires…

La mise à l’écart des tables impose aux participants de se concentrer sur leurs carnets et leurs stylos.

Si tu proposes des sous-groupes, l’absence de table pousse les participants spontanément à rapprocher les chaises et donc de renforcer leur intimité et leur complicité.

Se poser les bonnes questions

Au final, il va sans dire que tu es libre de disposer ta salle comme tu le souhaites.

Deux choses sont importantes :

  1. Que tu sois à l’aise
  2. Que les participants soient à l’aise

Je t’invite juste à te poser les questions suivantes avant de choisir la bonne disposition :

  • Est-ce que les participants peuvent se voir facilement ?
  • Suis-je libre de bouger et de me déplacer au besoin ?
  • Les participants peuvent-ils circuler lors des exercices et activités ?
  • La disposition permet-elle une communication fluide entre les participants ?
  • Existe-t-il des objets qui peuvent constituer symboliquement un obstacle ?

Rien n’est figé

Et n’oublie surtout pas que la disposition de la salle n’est pas quelque chose de figé. Tu peux très bien varier les plaisirs.

En fonction des séquences que tu as dans ton programme, tu peux adopter une disposition différente.

Commencer en amphi pour faire ta présentation, puis dégager complètement l’espace pour un exercice actif, réunir les participants en cercle pour son debriefing et enfin, se remettre en demi cercle pour compléter tes conclusions.


Si tu as aimé cet article, tu vas ADORER la newsletter, surtout qu’elle vient avec un cadeau !

Et pour ne rien rater des prochains articles, abonne-toi à la page Facebook.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *