« Ce participant est négatif, ça me sape le moral ! »

Est-ce que tu t’es déjà surpris en train de dire ça de quelqu’un ?

Tu as tendance, en tant qu’animateur.e, de coller assez rapidement des étiquettes aux participant.es.

Mais parfois, un.e participant.e est juste en train de pointer du doigt un réel danger. Il n’est pas « négatif », il est « sceptique« .

Comment faire donc la différence entre le « caractère » à proprement parler et une « posture« .

La méthode de six chapeaux, popularisée par l’auteur Edward De Bono, permet de découvrir ce concept de « posture ».

Elle permet à un animateur d’apprendre à identifier les six tendances que peut adopter une personne par rapport à un sujet de discussion : scepticisme, optimisme, créativité, neutralité, intuition ou médiation.

    Aujourd’hui, je vais te présenter un exercice qui permet à un animateur de mieux découvrir ces notions. Cet exercice peut être utile pour les personnes qui animent souvent des réunions ou des ateliers de réflexion.

    Tu peux bien sur télécharger la fiche pratique de cet exercice, qui contient aussi des variantes et des twists.

    Installation et déroulement

    Étape 1 : demander sept volontaires, un.e volontaire pour jouer le rôle d’un.e animateur.e et six autres pour jouer les rôles de participant.e.s

    Étape 2 : l’animateur.e quitte la salle

    Étape 3 : remettre aux six participant.e une enveloppe au hasard

    Étape 4 : prendre un moment avec chaque participant.e pour vérifier qu’il/elle a bien compris son rôle

    Étape 5 : prendre un moment avec l’animateur.e et lui expliquer sa mission :

    • Amener le groupe à prendre une décision, ils doivent choisir entre deux projets à réaliser

    Étape 6 : les participant.e.s s’installent autour de la table de réunion ; donner le top et lancer un compte-à-rebours de 15 minutes

    Étape 7 : s’il y’a d’autres participant.e.s, leur rôle est d’être observateurs et d’essayer de deviner quel rôle est joué par chaque participant.e.s

    Laisser la réunion se dérouler sans intervenir

    Étape 8 : observer, intervenir en cas de besoin

    Il arrive qu’un ou plusieurs participant.e.s n’arrivent pas à jouer leur rôle, il faut alors intervenir discrètement auprès d’eux ou d’elles et les pousser à parler.

    Il est possible de demander à l’animateur.e d’intervenir pour faire parler ceux/celles qui ne se sont pas encore exprimés

    Étape 9 : la simulation se termine dans l’un des cas suivants

    • Le groupe est arrivé à prendre une décision
    • Le temps est écoulé

    Réalité de l’exercice

    • Il existe six rôles dans ce jeu :
      • Le chapeau blanc : une personne factuelle qui se base sur les chiffres et les données, plutôt rationnelle ;
      • Le chapeau rouge : une personne émotive, intuitive, qui se base sur son instinct et sur les sentiments que provoquent en elle les idées proposées ;
      • Le chapeau noir : une personne pessimiste, sceptique, qui identifie rapidement les failles, les risques et les points faibles ;
      • Le chapeau jaune : une personne optimiste qui a foi en le groupe. Elle croit que tout est possible et réalisable avec du courage et de la volonté ;
      • Le chapeau vert : une personne créative, qui essaie de sortir des sentiers battus, de proposer de nouvelles idées, de voir le problème autrement ;
      • Le chapeau bleu : une personne à l’écoute, qui a un bon esprit de synthèse, qui calme les esprits et assiste l’animateur, fait régulièrement des conclusions et des rappels.
    • Lorsque l’animateur va proposer de choisir entre deux projets, chaque chapeau va se positionner selon son caractère :
      • Le rouge : choisit le projet qui lui tient le plus à cœur ;
      • Le blanc : choisit le projet le plus réalisable ;
      • Le jaune : veut que les deux projets soient réalisés ;
      • Le vert : propose un troisième projet, en s’inspirant des deux ;
      • Le noir : ne trouve aucun projet réalisable ;
      • Le bleu : ne se positionne pas, mais dès qu’il voit apparaître un consensus il le met en évidence.
    • L’animateur peut adopter deux postures selon son niveau de maîtrise des outils d’animation :
      • Se laisser submerger par les divergences : il va perdre du temps à raisonner le noir et le jaune, trouvera le vert exaspérant et hors-sujet, pensera que le rouge est obstiné et que le bleu n’apporte rien ;
      • Puiser dans les différences pour accompagner le groupe à prendre une décision : en s’appuyant sur les données du blanc, il va réaliser que le vert a une solution qui peut plaire à tout le monde (un projet combiné) mais tout en prenant en compte les mises en garde du noir, il se fera aider par le bleu pour rendre légitime la décision du groupe

    Le debrief

    Voici les questions à poser lors du debrief :

    • Qu’avez-vous pensé de cette réunion ?
    • Quels adjectifs pouvez-vous donner à chaque personnage ?

    À ce stade du débriefe, il faut confirmer les intuitions des participant.e.s en faisant lire les contenus des enveloppes remises aux participant.e.s.

    Continuer le débriefe :

    • L’animateur.e a-t-il bien joué son rôle ?
    • Qu’aurait-il/elle pu faire autrement ?
    • Est-ce qu’on retrouve ces personnages dans notre quotidien professionnel ?
    • Les profils sont-ils complémentaires ?
    • Quelles astuces d’animation peut-on développer à partir de ce modèle ?

    Ce que l’exercice essaie d’apprendre :

    • Les chapeaux ne sont pas des « traits de caractère » mais des « postures » que les gens adoptent en fonction du sujet. Une même personne peut être « chapeau vert » sur un sujet qui l’inspire et « chapeau noir » sur un sujet avec lequel elle a eu une mauvaise expérience ;
    • Chaque personne a toutefois un ou deux chapeaux « dominants » qui vont transparaître dans sa communication dans un espace de travail ;
    • Lorsqu’ils sont utilisés en complémentarité, les six chapeaux permettent de créer un équilibre au sein du groupe et de produire des résultats innovants, consensuels et fiables ;
    • C’est le rôle d’un animateur.e de stimuler les échanges afin d’amener un groupe à transformer les six chapeaux en force et non pas en obstacle ;
    • On peut éviter/gérer des conflits au sein du groupe lorsqu’on sait identifier les six chapeaux. Ainsi, le modèle permet par exemple de faire la distinction entre « le négativiste » (quelqu’un qui est systématiquement contre tout) et un « chapeau noir » qui est plutôt sceptique et réaliste.
    • L’animateur.e peut alors mettre en valeur les propos de ce dernier pour que les autres voient ce qu’il apporte (de vraies mises en garde) au lieu de le voir comme un élément perturbateur.

     

    Conclusions

    A quoi sert cette méthode ?

    Tu peux l’utiliser en tant qu’animateur pour mieux exploiter des espaces de créativité ou de prise de décision : réunions, séances de travail, incubateurs, ateliers…etc.

    Dans ce cadre là, elle te permet de pousser les personnes à jouer avec les différents chapeaux pour prendre en compte tous les aspects de la problématique.

    Tu peux par contre l’utiliser comme outil pour affuter tes capacités d’animateur, mieux observer tes participant.es avec cet outils afin de mieux les connaître et interagir avec eux.

     

    N’oublie pas de télécharger la fiche pratique, qui contient des cartons à imprimer pour pouvoir animer l’exercice.

    Est-ce que tu l’as déjà utilisée ? Viens nous en parler dans le groupe des Super Animateurs.

    Catégories : Le Blog

    0 commentaire

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *